Histoire du Tour 2011

Présentation générale

Ce site est conçu à la manière d'un livre. Ses rubriques sont des chapitres qui se suivent et qui sont dépendants les uns des autres.

 

L'enchaînement des chapitres suit un ordre logique, si bien qu'une lecture aléatoire nuirait à la compréhension générale. Une lecture en vrac n'est toutefois pas totalement impossible ; il faut simplement admettre que certaines références ou certaines connexions logiques perdraient alors leur sens.

 

Le sens de lecture suit le menu ci-contre, de haut en bas. Le travail est divisé en six grandes parties (quatre chapitres et deux interludes), précédées d'un prologue (Le troisième rendez-vous d'Evans) et conclues par un épilogue (Rendez-vous honoré). Chaque grande partie est elle-même fractionnée en plusieurs sous-chapitres, qui apparaîtront dans le menu déroulant en cliquant dessus.

 

Les annexes comportent les renseignements généraux sur le Tour de France 2011 : parcours, participants, classements des étapes, classements généraux. Elles ne sont néanmoins pas exhaustives. D'autres sites compilent de manière rigoureuse l'ensemble des informations techniques et des classements, de nombreux liens vous y renverront au fil des pages.

 

Des liens internes sont destinés à faciliter la navigation entre les chapitres et sous-chapitres. Ils permettent de passer facilement au chapitre suivant ou de revenir au chapitre précédent, d'accéder à un classement ou inversement de retourner au chapitre du livre le plus concerné par le classement consulté.

Evans et les frères irrésolus

Le Tour de France 2011 a consacré pour la première fois un homme venu de l’hémisphère sud. Cadel Evans a gagné la course alors qu’il n’était plus perçu comme un favori et que l’attention était exclusivement tournée vers la rivalité historique opposant Contador d’une part aux frères Schleck d’autre part. Longtemps réputé attentiste et sans panache, apprécié devant les caméras mais bien moins sur la route dans ses postures de suiveur, Evans a soudainement gagné en popularité en démontrant son intelligence de course et surtout en renvoyant les Schleck à leur éternelle indécision

 

C’est qu’Andy Schleck, le cadet, a au contraire beaucoup perdu de son charme en s’obstinant à se tromper d’adversaire et en manifestant des humeurs fâcheuses au gré de ses échecs. Le duo fraternel a couru tout comme s’il rechignait à sacrifier l’un des deux au profit de l’autre, ou pire, comme s’il se complaisait dans la défaite. Il en a résulté l’étonnante et inédite image de deux frères partageant le podium final, mais aux deux plus mauvaises places.

 

Quant à lui, Contador a fait sa course avec une épée de Damoclès pendue au-dessus de sa tête, puisqu’une procédure disciplinaire en cours menaçait non seulement de le suspendre, mais aussi d’effacer tous les classements qu’il était en train d’établir - ce qui en effet fut accompli.

 

Enfin, le Tour 2011 a été celui de l’exploit renouvelé de Thomas Voeckler, Maillot jaune pendant dix jours, qui a exalté son public et inquiété l’adversité au-delà de toutes les prévisions.

 

 

 

Voir aussi nos sites frères